Bienvenue à la clinique d’Illkirch

Le retour des beaux jours, soyez vigilant

Le 12/05/19 à 18:35

 

 

Connaître les dangers, c'est avant tout les éviter.



Des accidents ou maladies spécifiques aux saisons sont susceptibles de toucher nos animaux de compagnies.

 

Chenilles processionnaires

 Elles ne vivent pas exclusivement dans le sud de la France mais dans quasiment tous les départements.

La toxine des chenilles processionnaires est contenue dans les poils urticants. Ces derniers servent alors d’aiguilles inoculatrices. La période la plus propice à ce type de mauvaise rencontre se situe de mars à début juin . Cependant, le contact avec des objets souillés par les chenilles (exuvies, cocons, lieux de passage…) ou avec les poils urticants disséminés par le vent peut suffire à induire une intoxication. Elle semble davantage concerner le chien que le chat.

Lors de préhensions buccales, on aura une douleur intense au niveau de la cavité buccale accompagnée d’une démangeaison.. Des ulcères linguaux et buccaux ainsi qu’un oedème de la langue peuvent également apparaître. Les lésions évoluent par la suite vers la nécrose. Il peut ainsi y avoir perte de portions de langue en six à dix jours.

En cas d’ingestion, les lésions de l’oesophage et de l’estomac pourront être conséquentes et marquées par la présence de vomissements, d’une dysphagie puis d’une anorexie ainsi que de difficultés d’abreuvement.

En cas d’inhalation de poils urticants, l’animal manifestera une rhinite, du jetage nasal ; il aura un oedème de la truffe et souffrira de toux, de bronchite et de dyspnée.

En cas de projection oculaire, une kératoconjonctivite risquera de s’installer allant parfois jusqu’à la cécité.

Enfin, lors de contacts cutané, un érythème, des éruptions cutanées, un prurit intense et de l’oedème pourront être présents.

 

 

Epillets


Les épillets sont les enveloppes rigides recouvrant les graines des graminées.

Ils peuvent s'accrocher aux poils des chiens par des petites aspérités et migrent vers les oreilles, la truffe, les yeux ou entre les doigts.

Lorsqu'ils atteignent la peau, ils s'ancrent dedans et pénètrent irréversiblement (ils ne peuvent ressortir à cause de l'orientation des aspérités).

Ils sont responsables d'infections qui peuvent se compliquer dangereusement. C'est une affection qui survient au printemps et en été.

La présence d'un épillet est très douloureuse et l'intervention d'un vétérinaire est urgente



LOCALISATION et SYMPTOMES


Oreilles : Si votre chien se secoue la tete, se gratte derrière l'oreille, il peut avoir un épillet. Il faut intervenir rapidement car l'épillet en pénétrant dans le conduit auditif peut perforer le tympan.


Coussinets et doigts : Au retour de chaque sortie , il faut bien écarter les doigts, couper les petites bourres de poils et enlever le moindre petit brin de paille que vous pourriez apercevoir. Car très rapidement, le brin s'avance vers la peau et petit à petit s'enfonce plus profondément dans la chair. Il va rentrer sous la peau et provoquer un abcès. Cela va très vite, il faut donc être particulièrement vigilant.
Yeux : L'oeil reste fermé en permanence en raison de la douleur. Si l'épillet n'est pas retiré rapidement, il peut provoquer un ulcère allant jusqu'à la perforation de la cornée .



PREVENTION

Tondre les parties vulnérables afin de mieux détecter un épillet (entre les doigts). Tondre les oreilles des races de chiens à oreilles tombantes.

Examiner l'animal au retour de promenade pour éliminer tous les épillets avant qu'ils ne causent problème .



Tiques


Dès que les températures se radoucissent, les tiques attaquent. Les tiques se multiplient entre 7 à 25 degrés et on les trouve plus fréquemment quand il fait à la fois frais et humide, du printemps à l'automne, voire en hiver.

Elles se nourrissent du sang de l'animal. On considère qu'au bout de 48 heures, elles peuvent inoculer les bactéries ou parasite de la maladie de Lyme, de la piroplasmose et ou de l'ehrlichiose.

La piroplasmose est une maladie, très fréquente dans nos régions qui peut être mortelle chez le chien.

SYMPTOMES

L'incubation dure en moyenne 2 à 5 jours . Inoculés au site de fixation de la tique, les parasites colonisent les globules rouges. La maladie est alors caractérisée par de la fièvre (de 40 à 41 °C) et des symptômes liés à la destruction des globules rouges (anémie, abattement, urine de coloration foncée : urines « café», coloration jaune des muqueuses=ictère). Cette forme aigue, peut entraîner la mort de l'animal. Il est impératif et urgent de consulter votre vétérinaire!

PREVENTION

L’emploi d’antiparasitaires externes performants, capables de tuer les tiques rapidement (moins de 48 heures). L’antiparasitaire doit avoir une action prolongée chez votre animal quel que soit son mode de vie : la tique est l’un des parasites les plus difficiles à tuer.Une inspection régulière de votre animal, surtout lors du retour de promenade. Les tiques éventuellement présentes sur votre animal seront retirées avec soin, en prenant garde de ne pas écraser ni rompre la tique, ce qui augmenterait le risque detransmission de maladie. Il ne faut pas laisser le rostre de la tique dans la plaie. Il existe des crochets d’emploi très simple pour un retrait parfait et en douceur de la tique.

 

Entretien du pelage


La mue commence. Le chien et le chat perdent quantité de poils qui vont s'accumuler dans l'estomac, provoquer des maladies de peau. Soyez prévoyants. Brosser.

Outre les dermites pouvant résulter de la formation des bourres de poils, le chat est sujet à des troubles digestifs directement liés à son toilettage : en effet, en se léchant il va avaler les poils morts. Ces poils vont se loger dans l’estomac ou les intestins et former des boules de poils.
L’animal peut les régurgiter en totalité ou partiellement. Les vomissements ne sont pas plus agréables pour un animal que pour nous. Ils peuvent irriter les voies digestives.
Les boules de poils peuvent rester bloquées dans les intestins et provoquer une occlusion intestinale nécessitant une intervention chirurgicale le plus souvent en urgence.
Un animal qui a l’estomac plein de boules de poils peut perdre l’appétit, l’envie de jouer, être nauséeux.


La meilleure prévention contre les vomissements, occlusions et autres soucis dus à l’ingestion de poils, reste un brossage régulier et efficace. Il existe également des médicaments favorisant l'élimination.



Les dangers au jardin


Avec les beaux jours, c'est le retour de la mousse dans la pelouse, des mauvaises herbes dans les allées. Nous sortons toutes sortes de produits pour nettoyer le jardin. Sachez reconnaitre les produits dangereux pour vos animaux(engrais, pesticides, anti-limaces, raticides,...).

Plus de rensignements sur le site de l' APSANA



Les chutes et défenestration du chat


Le soleil et la chaleur reviennent. Les fenêtres restent plus longtemps ouvertes. N'oubliez pas qu'un chat saute et le risque de défenestration est important. Prenez garde également aux fenêtres oscillo battantes, un véritable piège mortel.Les fenêtres à bascule sont dangereuses parce que le chat reste coincé dans l’angle. La cage thoracique est alors comprimée et le chat meurt d’étouffement ou de lésion grave du thorax. Il peut également subir des lésions de la colonne vertébrale.

Plus de rensignements sur le site de l' APSANA

 

 

 

 



 

I







 

 

Retour aux news